Vaccins pédiatriques – Contre-indications

Ce que dit la loi

La loi précise que certaines vaccinations sont obligatoires (diphtérie, tétanos, polio) « sauf contre-indication médicale reconnue » (article L 3111 du code de santé publique).

Ce que disent les autorités sanitaires

L’INPES (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) est chargé de mettre en oeuvre les politiques de prévention et d’éducation pour la santé dans le cadre des orientations de la politique de santé publique fixées par le gouvernement. L’un de ses axes d’action concerne la vaccination. Il diffuse notamment le calendrier vaccinal et le guide des vaccinations.
Le calendrier vaccinal 2015 n’apporte aucune précision sur les contre-indications « reconnues ».
Le guide des vaccinations, élaboré par le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP), précise :

 

PRÉCAUTIONS GÉNÉRALES AVANT TOUTE VACCINATION

Préalablement à chaque administration vaccinale, les personnes à vacciner doivent être interrogées : on recherchera notamment des antécédents médicaux pouvant contre-indiquer de façon temporaire ou définitive la vaccination, en faisant préciser les réactions à des injections antérieures du vaccin que l’on s’apprête à inoculer ou de vaccins apparentés.
Les contre-indications temporaires font différer la vaccination, mais le patient, ou sa famille, doit être informé de la date et/ou des conditions qui permettront de pratiquer la vaccination.
Les rares contre-indications définitives éliminent la vaccination : la contre-indication à la vaccination concernée doit être mentionnée sur le carnet de santé. (…)
Un vaccin est contre-indiqué en cas d’hypersensibilité à l’un de ses composants, ou de réactions d’hypersensibilité ou de troubles neurologiques survenus lors d’une injection précédente. (…)
La vaccination est un acte médical qui engage la responsabilité du professionnel de santé (médecin, sage-femme) qui la prescrit. (…)

 

Ce que dit l’éducation nationale

« En cas de non-vaccination, un certificat de contre-indication médicale est exigible. »

 

Ce que dit le gouvernement

« Certaines vaccinations ne sont pas recommandées chez les personnes ayant des antécédents familiaux de maladies auto-immunes. Il est extrêmement important que tous les médecins et tous les soignants qui administrent ces vaccins posent, avant toute injection, ces questions ».

Réponse du gouvernement à une question orale du député Paul Salen (2015).

 

Ce que peut indiquer le certificat de contre-indication (exemple)

« Je soussigné Dr … , certifie être le médecin traitant de … . Un membre de sa famille est atteint de myofasciite à macrophages, une pathologie neurologique induite par les sels d’aluminium contenus dans de nombreux vaccins. Une prédisposition génétique est fortement suspectée dans cette maladie. De ce fait, au nom du principe constitutionnel de précaution, toute injection de vaccin contenant de l’aluminium lui est contre-indiquée. »