La déclaration d’effet indésirable lié à la vaccination

Actuellement, seulement 1 à 10% des effets indésirables de médicaments sont signalés aux services de pharmacovigilance. Et dans le cas des vaccins, le pourcentage est certainement encore moins élevé, dans la mesure où parler d’un effet secondaire grave après une vaccination reste un sujet tabou… Cette omerta est bien sûr très regrettable, car cela fausse les statistiques officielles, et l’Agence du Médicament peut continuer à affirmer qu’il n’y a que peu d’effets indésirables avec les vaccins contenant de l’aluminium.

La loi prévoit que chaque médecin déclare les effets indésirables notés – ou suspectés – chez ses patients. Mais cela n’est pas suivi d’effet.

E3M (avec 3 autres associations) a expérimenté avec l’Agence du médicament, il y a quelques années, la possibilité que les personnes elles-mêmes déclarent les effets indésirables des médicaments, en parallèle (ou pas) avec la déclaration de leur médecin.

Cette déclaration est maintenant disponible en ligne, vous pouvez récupérer le formulaire sur le site Internet de l’Agence du Médicament, le remplir et l’adresser (avec les pièces demandées) au service de pharmacovigilance dont vous dépendez (la liste est sur le site).
Il est très important de montrer tout l’intérêt que l’on porte à la pharmacovigilance sur les vaccins, et d’utiliser cette possibilité dès que l’on suspecte la survenue d’un effet secondaire post-vaccinal, qu’un diagnostic ait été posé ou non.

Rapidement, le Centre de pharmacovigilance vous informera de la prise en compte de votre déclaration et vous donnera un « numéro d’enregistrement de pharmacovigilance ».